fbpx

La vie d’une vigne Chapitre 1 : pleurs et débourrement !

Voici donc le premier article de la série “Les mains dans la terre, au fil des saisons”, sur les étapes de la vie d’une vigne : pleurs et débourrement ! 😃

Aujourd’hui on va donc aborder ces deux étapes très rapprochées dans le temps et très importantes pour la récolte.

1️⃣ Étape n°1 : Les pleurs de la vigne

Si l’on dit que les vignes pleurent au printemps, ce n’est pas une mauvaise chose ! 🥲

En effet, une fois que le soleil fait son grand retour, le sol se réchauffe petit à petit. Cela a pour effet de faire remonter la sève qui se trouvait dans les racines vers les parties supérieures de la plante ! Si l’on coupe un morceau de bois sur la vigne et que de la sève coule, alors on dit que la vigne pleure !💧

La pression de la sève au sein des ceps est telle qu’elle va très vite se mettre à couler au niveau des plaies. C’est cette pression qui permet de faire sortir les bourgeons du bois.
Cette étape est l’indicateur pour les vignerons du réveil de la vigne de la fin de sa période de dormance. Il va falloir surveiller la météo, préparer des systèmes de protection de la vigne, etc.

Côté travaux, on peut en citer quelques uns :

  • La taille : on vient couper les sarments qui ont donné les fruits de l’année précédente, autrement dit “les baguettes”,
  • Vérification des palissages : on vérifie que les structures sur lesquelles se reposent les vignes (fils de fer, pieds au bout des rangs) sont en bon état,
  • Travail du sol : on peut désherber pour réduire la concurrence entre la vigne et les plantes à proximité; on peut labourer la terre pour l’aérer et la “booster”.

2️⃣ Etape n°2 : Le débourrement

Débourrement de la vigne de Saint Germain en Laye, mars 2022

D’après le dictionnaire Larousse, le débourrement correspond à “ l’épanouissement des bourgeons des arbres, de la vigne”. La bourre correspond à l’enveloppe marron qui protège les bourgeons du froid avant la floraison. 🌰

Les étapes de pleur et de débourrement s’enchaînent très vite. Elles sont aussi suivies de près par la feuillaison des vignes ! 🌿

En termes de travaux, ce sont les mêmes, la différence dans le temps n’étant pas énorme.

  • Ébourgeonnage : le cahier des charges des appellations (qui regroupe donc les règles à suivre pour avoir le droit de porter le nom de cette appellation) précise souvent un rendement maximum autorisé. Ce rendement dépend directement du nombre de bourgeons sur la vigne mais aussi d’autres paramètres. C’est donc pourquoi on “ébourgeonne”, on retire un certain nombre de bourgeons avant qu’ils ne commencent à pomper trop d’énergie !
  • Epamprage : on retire les “gourmands” des vignes ! Ce sont les rameaux qui poussent sur le vieux bois, sauf qu’ils ne donnent pas de fruit ! Ils pourraient donc fatiguer la vigne inutilement.
  • Greffes : on vient planter les nouveaux pieds qui ont été greffés au cours de l’hiver.

Une des choses les plus importantes de cette période : le combat contre le gel !

C’est une période très sensible de la vigne, car les bourgeons, qui deviendront plus tard les grappes de raisin, sont très fragiles, et extrêmement sensibles au gel !
Par exemple : on constate souvent une hausse des températures mi-mars, qui a pour effet de sortir la vigne de sa dormance et donc de faire émerger les bourgeons… et début avril une période de gel attaquant les bourgeons ❄️

Pourquoi le gel est-il l’ennemi des bourgeons ?
Car pendant la nuit, les bourgeons gèlent. Et au levé du jour, si l’ensoleillement est trop important, alors la glace autour des bourgeons concentre la lumière (comme une loupe au soleil) et brûle littéralement les bourgeons ! Un peu comme nos mains lorsqu’on rentre chez soi et qu’il fait beaucoup plus chaud que dehors pendant l’hiver ! 😬

Une fois les bourgeons morts, le vigneron ne peut plus qu’espérer avoir une nouvelle génération de bourgeons pour sauver une partie de la récolte. 🍇

Heureusement il existe plusieurs moyens de protéger les vignes. Tous plus ou moins efficaces, plus ou moins chers, plus ou moins fiables ou pratiques. On peut citer notamment les fameuses bougies 🕯utilisées régulièrement et presque partout en France. Vous les avez certainement déjà vues suite à l’important épisode de gelée de l’an dernier.

Cet épisode de gel a d’ailleurs fait chuter la quantité des récoltes comme je vous en parle dans le Vin’Actu ce mois-ci (pour t’inscrire et en savoir toujours plus chaque semaine, inscris-toi ici).
Il existe aussi d’autres méthodes comme par exemple le passage d’hélicoptères au-dessus des vignes. 🚁

Malheureusement, aucune méthode n’est parfaite : pollution, coût, efficacité, … C’est pourquoi les vignerons sont souvent très lourdement impactés par ces épisodes de gel. 🥶

Conclusion 🧐

Ce qu’il faut retenir de ce premier chapitre de ma série “Les mains dans la terre, au fil des saisons”, c’est que ces deux étapes que sont les pleurs et le débourrement représentent le renouveau de la vigne et donc le départ d’un nouveau millésime ! 🎉

C’est aussi sur cette période que va se jouer une bonne partie de la récolte annuelle. Car comme on l’a vu, la vigne est très sensible et exposée. Du début du printemps à la mi-avril, les choses vont vite ! ☀️💧

👉 Voici donc les 2 premières étapes de la vie d’une vigne ! Pour rappel, cette série d’articles te présentera au fil de l’année toutes les séquences de la vie d’une vigne. Je te conseille donc vivement de t’inscrire à ma newsletter si ce n’est pas déjà fait et bien sûr de me suivre sur Instagram et Facebook pour du contenu exclusif ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.